En utilisant ce Site, vous consentez à l’utilisation de cookies. Pour plus de renseignements, veuillez consulter notre Politique Applicable aux Cookies. X

Sports arena fans

Supporters, médias, fans : l'attractivité du football sans équivalent dans le monde

divertissement | 15-06-2018

Nielsen, fournisseur officiel de la Coupe du Monde de Football FIFA 2018 en Russie, publie à l’occasion de celle-ci un rapport complet sur l’impact et l’influence du football dans le monde.

L’audience mondial du football (ou soccer selon les régions), s’avère inégalable en termes de valeur auprès des média et des sponsors. L’enquête réalisée dans 18 pays en Amérique, Europe, Moyen-Orient et Asie, révèle que la discipline suscité un fort intérêt de plus de 40% de la population, loin devant ses poursuivants, le basket en tête.

Football sport numéro 1

L’étude met également en relief les écarts entre hommes et femmes parmi les répondants : la différence entre la proportion d’hommes (53%) et de femmes (31%) intéressés est significative, mais le football se classe numéro 1 chez les uns comme chez les autres ! Le football devance ainsi chez les femmes le basket-ball, le tennis et l’athlétisme.

Femmes supportrices football

Pour les médias et notamment la télévision, cet attrait se traduit par de très fortes audiences et une concurrence intense pour les droits de retransmission. Sur les réseaux sociaux, les stars du ballon rond atteignent des records en termes de nombre de followers ou de niveau d’engagement, rivalisant avec les plus grandes célébrités d’autres sports mais aussi du cinéma ou de la musique par exemple.

Dans ce nouveau rapport, Nielsen explore le comportement des supporters, les habitudes de consommation média, l’évolution du sponsoring à travers le globe, et anticipe l’évolution commerciale du monde du football.

DES FANS DE FOOTBALL À TRAVERS LE GLOBE

En interrogeant les populations d’une vingtaine de pays sur leur intérêt pour le football, Nielsen confirme l’impact mondial de la discipline dans certains pays émergents, plus de 70% de la population se dit intéressée voire très intéressée… loin devant le Royaume-Uni (51%) ou la France (50%) par exemple.

L’analyse est également intéressante en valeur absolue : même si l’on ne considère que leur population urbaine, on dénombre en Chine 187 millions de fans de football (“intéressés” ou “très intéressés”), et 125 millions en Inde. Les 5 grands pays européens de football (France, Allemagne, Espagne, Italie, Royaume-Uni) rassemblent de leur côté 131 millions de fans de football… dépassés donc, et de loin, par la Chine.

Sponsoring

Cet attrait pour le football chez de nombreuses cibles entraîne une forte augmentation des enjeux financiers. Aux côtés des Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de la FIFA s’est imposée comme un événement planétaire tous les 4 ans, captant une audience cumulée de plusieurs milliards de téléspectateurs. Les droits média de la FIFA vont ainsi battre un record avec l’édition 2018 de la coupe du monde, avec une somme aux alentours de 3 milliards de dollars.

Coupe du monde  : droits et audiences

Au-delà de la Coupe du Monde de la FIFA qui ne revient que tous les 4 ans, les grands championnats européens (Ligue 1 française, Premier League anglaise, Serie A italienne, Liga espagnole, Bundesliga allemande, Eredivisie néerlandaise) sont symptomatiques de la progression du sponsoring.

Dans ces championnats, les investissements en sponsoring ont progressé de 14% par an en moyenne, depuis la saison 2012-2013. Les équipementiers sportifs restent de loin les premiers sponsors, avec plus de 900 millions d’euros investis sur la saison 2017-2018. Parmi les univers en plus forte progression, Nielsen relève notamment les compagnies aériennes et les logiciels (autour de 20% par an), et en tête les services online et équipementiers automobiles, avec 50% de hausse annuelle en moyenne.

Sponsoring football

LA COUPE DU MONDE SUR SMARTPHONES ET TABLETTES

Au-delà de l’écran de télévision, les mobiles et tablettes devraient compléter significativement le dispositif utilisé par les supporters pour regarder les matches. 25% des plus jeunes (11 à 20 ans) ont ainsi prévu de regarder la Coupe du Monde en partie sur un smartphone ou une tablette. Ces derniers ont également plus les faveurs des supporters dans les économies les plus récentes comme la Chine (35%), l’Inde (28%) et la Malaisie (22%). En revanche en France et Espagne (toutes deux à 6%), ou en Allemagne (4%), le recours à ces écrans mobiles sera plus limité.