Informations

Changement mondial du comportement en matière de magasinage : Réduction des déplacements, augmentation des interactions
Actualités

Changement mondial du comportement en matière de magasinage : Réduction des déplacements, augmentation des interactions

Même si la grande récession s’est officiellement terminée à la fin de 2009, 72 % des répondants d’un sondage en ligne international réalisé par Nielsen affirment qu’ils ont toujours l’impression d’être en récession, et cette impression a des répercussions sur le comportement de magasinage.

Afin d’être en mesure de mieux comprendre les changements par rapport aux aspects dynamiques du magasinage des consommateurs du monde entier, Nielsen a analysé des transactions de consommateur totalisant 33 milliards du PIB dans 14 pays*. Les analyses ont porté sur les taux de croissance sur douze mois. Elles ont établi que même si les dépenses prévues à l’échelle mondiale augmentent, le nombre de déplacements par ménage est stable ou en déclin. Cela reflète un nouvel état d’esprit des consommateurs, autant pour les marchés développés que pour les marchés en développement.

Lorsque l’économie mondiale connaissait des difficultés, il n’était pas surprenant que les gens aient réduit le nombre de déplacements ayant trait au magasinage. Mais maintenant que la confidence du consommateur et que les prévisions s’améliorent, on constate toujours une baisse des déplacements pour le magasinage. Il s’agit d’un comportement qui pourrait bien faire état d’une nouvelle réalité. La situation présente toutefois une lueur d’espoir, car les montants dépensés par déplacement, eux, sont en hausse.

Sur une période de trois ans, durée de l’analyse, les déplacements ont connu une mince augmentation de 0,8 % dans les pays développés et une baisse de 1,1 % dans les pays en développement. Pour les années 2008 et 2009, les consommateurs effectuaient en moyenne 158 déplacements annuels. Aujourd’hui, ce nombre est réduit à 144 déplacements.

LE NOUVEAU CONSOMMATEUR MONDIAL

La baisse des déplacements peut certes être perçue de manière négative pour les détaillants et les entreprises. Ceux-ci souhaiteraient plutôt une augmentation de ce nombre, car une telle augmentation a le potentiel d’être plus rentable. En fait, la baisse du nombre de déplacements devrait plutôt donner une plus grande importance à chaque transaction et à chaque interaction avec le consommateur.

En Indonésie par exemple, les ménages dépensent en moyenne 9 % de plus par déplacement, comparativement à ce qu’ils dépensaient il y a seulement quelques années. Pendant la période couverte par l’étude, les consommateurs indonésiens ont réduit leur nombre de déplacements de 2 %, ce qui correspond également à ce qui se passe en Colombie et au Chili. De manière similaire, la fréquence des déplacements a baissé de 6 % en Corée du Sud, de 3 % au Canada et aux États-Unis et de 1 % en France. C’est toutefois en Indonésie où le montant dépensé par déplacement est le plus élevé. Les ménages y dépensent en moyenne 11 % de plus par déplacement lorsque l’on considère le taux de croissance sur douze mois.

La conséquence de ces changements à l’échelle mondiale est manifeste : les consommateurs sont prêts à dépenser, mais les détaillants ont moins d’occasions d’interagir avec eux. Les consommateurs planifient, demandent des renseignements et, avant tout, sont connectés. Les détaillants doivent capter l’attention des consommateurs là où ils se trouvent, car les échanges directs sont moins fréquents.

LE STYLE DE VIE ET LES TECHNOLOGIES SONT DES FACTEURS DE CHANGEMENT MAJEURS EN MATIÈRE DE MAGASINAGE

Qu’est-ce qui est derrière ce changement? En résumé : le style de vie et les technologies.
Les consommateurs cherchent un équilibre dans leur vie, notamment en ce qui concerne l’équilibre travail-vie. Plus de 80 % des consommateurs mondiaux déclarent que passer du temps de qualité avec leurs amis et leur famille est leur priorité. Une autre considération importante à trait aux avancées technologiques. Le développement en plein essor des appareils électroniques relie les consommateurs à de nouvelles possibilités grandissantes d’achat. Aujourd’hui, 49 % des répondants du sondage Internet affirment faire des achats en ligne. Cette tendance est appelée à augmenter avec la prolifération des technologies mobiles. En 2012 par exemple, il y avait plus de 1 milliard de téléphones intelligents sur la planète. Il est donc important d’être à l’affût de cette tendance et des achats mobiles, qui sont eux aussi appelés à augmenter.

RAPPROCHER LE MAGASIN DU CONSOMMATEUR

Pour connaître un certain succès, il est nécessaire de déterminer et d’optimiser les occasions possibles. Les consommateurs sont de plus en plus connectés. Les détaillants doivent s’adapter et s’engager avec les consommateurs, peut importe où ces derniers se trouvent. En outre la promotion étendue d’un produit ou d’un service, c’est-à-dire avant, pendant et après un achat, est plus importante que jamais.

Aujourd’hui, il est nécessaire de rapprocher le magasin du client par diverses méthodes, quelle que soit l’étape du cycle de vente. La publicité, les blogues, les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille sont des outils indispensables pour accélérer la vente de produits ou de services. Les présentoirs en magasins, les bons rabais, les échantillons et les affichettes d’étagère constituent tous d’excellents moyens de poursuivre sur la lancée une fois le produit ou le service vendu. Mais ça ne s’arrête pas là. Les médias sociaux, la gestion des relations avec les clients, les programmes de messagerie texte et les bons de réduction à l’intérieur d’un emballage sont des méthodes de premier plan pour continuer à engager le consommateur après que celui-ci ait quitté le magasin.

*Canada, États-Unis, Mexique, Colombie, Puerto Rico, Brésil, Chili, Espagne, Royaume-Uni, France, Italie, Corée du Sud, Thaïlande, Indonésie