Des Temps Qui Changent, Des Besoins Qui Changent : S’adapter En Cas De Pandémie
Actualités

Des Temps Qui Changent, Des Besoins Qui Changent : S’adapter En Cas De Pandémie

Les Canadiens étant résignés à de nouvelles conditions de vie face à la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19), nombreux sont ceux qui s’attendent à ce que les effets de cette crise se fassent sentir pendant un certain temps. Une période prolongée de mesures de confinement signifie que l’augmentation de la tendance à cuisiner à domicile continuera à affecter considérablement la composition et la grosseur des paniers d’épicerie. Dans les mois à venir, les besoins des Canadiens continueront d’évoluer à un rythme rapide, et les détaillants et fabricants devront se tourner vers des moyens nouveaux et créatifs pour évoluer aux côtés des consommateurs.

Mais l’industrie des biens de consommation courante (FMCG) ne doit pas seulement comprendre le comportement des consommateurs, elle doit aussi le suivre. La croissance hebdomadaire en dollars semble se stabiliser, puisque les ventes de biens de grande consommation ont augmenté de 16 % au cours de la semaine qui s’est terminée le 25 avril 2020 (contre + 54 % au cours de la semaine qui s’est terminée le 21 mars 2020, une des plus fortes semaines de stockage), ce qui laisse entrevoir un taux de croissance normal de l’ordre de 10 à 15 %. Ainsi, pendant que les consommateurs s’adaptent, font moins de voyages mais de plus gros paniers, que peuvent faire les détaillants et les fabricants pour faire partie de la solution dans ce nouvel environnement ? Une question chargée qui, si elle n’est pas correctement disséquée, peut rapidement conduire à des opportunités manquées. Par souci de simplicité, nous allons nous concentrer sur une vue macro d’un ensemble de facteurs.

Assortiment: La collaboration est le mot clé. Alors que les détaillants s’attachent à maintenir les articles demandés sur leurs étagères et à s’assurer que l’essentiel est en stock, les fabricants doivent être proactifs et travailler avec eux pour fournir des indications sur la manière la plus complète de structurer les étagères. Pour optimiser l’assortiment, il est essentiel de s’assurer que les bons articles qui répondront à la majorité des besoins des consommateurs sont en place, ainsi que de réaliser des économies grâce à une chaîne d’approvisionnement solide pour maintenir les articles en stock.

L’essor de la cuisine à la maison: Quelle valeur pouvez-vous apporter aux consommateurs qui ont affaire à une maison pleine de monde et à un garde-manger plein de nourriture ? Avec 60 % des Canadiens qui cuisinent de plus en plus et 47 % qui recherchent de nouvelles recettes plus qu’avant l’épidémie, fournir aux consommateurs une inspiration permanente pour utiliser les articles qu’ils ont en stock est une façon de soulager l’un des nombreux facteurs de stress que les Canadiens ont dans leur assiette. Trouver et partager des moyens créatifs d’utiliser les aliments qu’ils ont stockés sera essentiel pour maintenir la croissance et la fidélité, même au-delà de l’impact de COVID-19.

Achats en ligne: Avec l’augmentation des achats en ligne, y compris parmi les nombreux nouveaux adeptes, il existe un potentiel imminent de croissance des ventes faites en ligne. Pour certains consommateurs, il faudra du temps avant de retourner aisément dans les espaces publics, ce qui renforcera la valeur du commerce en ligne. Jusqu’à présent, la commodité a été un facteur qui a contribué à la croissance des ventes en-ligne ; cependant, à l’époque de COVID-19, la sécurité est numéro 1. Cela renforce la nécessité d’une stratégie d’omni-shopper élargie qui met l’accent sur la rapidité, la fiabilité et la confiance.

Prix et promotions: Les consommateurs exigeront plus de valeur à mesure que de nouvelles habitudes s’installeront. La première vague de stockage des garde-mangers en mars et avril a favorisé les articles à prix régulier par rapport aux articles promotionnels, car les préoccupations des ménages, en magasin, concernaient davantage la nécessité que le prix. Avec l’évolution de la dynamique des ménages, les niveaux de chômage à un niveau record et les nouvelles pressions économiques qui s’intensifient, il devient impératif d’être plus stratégique en ce qui concerne l’équilibre entre les besoins des consommateurs et la marge, car le prix pourrait bientôt reconquérir sa place en tant que moteur de choix pour un certain nombre de catégories.

Une Enquête Révèle Que Les Vacances Ne Sont Pas Annulées

Malgré nos nouveaux modes de vie, les Canadiens aspirent à un sentiment de normalité. Pâques, par exemple, a été la première fête à être directement touchée par cette “nouvelle normalité” en matière d’achats à la suite de l’épidémie, mais ce ne sera pas la dernière. Les fermetures provinciales n’ont pas empêché les consommateurs de faire la fête. Et même si le jour traditionnel a pu paraître bien différent par rapport aux années précédentes, les restrictions n’ont pas empêché les Canadiens d’acheter des produits typiques de Pâques.

En fait, les ventes de produits de grande consommation de Pâques de cette année ont augmenté de 12 % par rapport à l’année dernière, générant un supplément de 248 millions de dollars. Bien qu’une partie de l’augmentation provient des ventes supérieures à la normale grâce à COVID-19, les Canadiens n’ont pas freiné leurs achats de produits de Pâques. Il convient de noter qu’au moment où les jours de Pâques ont commencé à s’écouler, les détaillants avaient déjà un plan pour les vacances, ce qui leur a permis de mettre en place des rayons bien remplis d’articles de Pâques en prévision de cette période de grande affluence, ce qui a incité les consommateurs à ajuster leurs achats dans les catégories traditionnelles.

Avec l’été 2020 et des idées de vacances à l’horizon pas si lointain, les fabricants et les détaillants devront ajuster la planification de leur assortiment et les prévisions de la demande car les consommateurs resteront chez eux. La “saison des terasses” gagnera une nouvelle signification, tandis que le panier d’achat reflétera davantage les occasions de manger à la maison et à l’extérieur. Comme les vacances d’été resteront locales, les consommateurs compteront sur les détaillants et les fabricants de produits alimentaires pour combler le vide, car la vieille question du “qu’est-ce qu’on mange” continue d’évoluer. Il sera essentiel de comprendre chaque phase de ces temps de changement, alors que l’industrie joue un rôle central dans la pandémie, car les entreprises doivent établir des priorités sur la façon dont elles se réinventent pour répondre aux circonstances du marché en évolution, sous l’impulsion de COVID-19.