INSIGHTS

Amazon à l’attaque du dernier kilomètre
Actualités

Amazon à l’attaque du dernier kilomètre

D’abord, pure player ou pas, Amazon suit une logique d’extension de gamme classique pour tout distributeur. Les magasins à dominante alimentaire générant une fréquentation élevée mais de faibles paniers s’étendent vers le non-alimentaire pour augmenter les sommes dépensées, et les magasins à dominante non-alimentaire cherchent à développer des offres qui vont favoriser une fréquentation plus régulière dans leurs points de vente ou sur leurs sites. On pensera à Ikea (avec le développement des offres de “petit bazar”, de restauration – une boulangerie est même en test dans leur Flagship à Delft), ou Wal-Mart (qui vient des “marchandises générales”) et, à l’inverse, aux gammes non-alimentaires systématiquement développées par les hard-discounters dans les opérations ponctuelles.

Ensuite, le défi de tout distributeur est d’optimiser la rencontre entre le fournisseur et son produit et le client et sa consommation. Il faut amener l’un jusqu’à l’autre. Les chemins de fer, le fret routier puis maritime ont porté autant de révolutions logistiques pour les Magasins de Nouveautés, les Grands Magasins, l’Hypermarché, les GSS, internet. Des Compagnies de Calèche jusqu’à la voiture individuelle, les modes de transport ont structuré la mobilité du consommateur. C’est la globalisation chez soi ; dans son placard, son réfrigérateur, son armoire ou sa bibliothèque, pour ainsi dire. La virtualisation du livre par Amazon répondait déjà à cet objectif.

Mais le challenge est tout autre pour un distributeur – pure player comme click & mortar – quand il s’agira de livrer au consommateur des produits de grande consommation, et plus encore des produits frais. Ce sera le facteur décisif pour favoriser le développement de la vente en ligne avec livraison à domicile de tels articles.
On se rappellera par exemple que les enfants des commerçants anglais réalisaient l’après-midi, après l’école, la livraison des commandes passées le matin dans les épiceries de leurs parents.
Avec les annonces d’Amazon, puis de Wal-Mart, le drone sera-t-il au XXIème siècle ce que le triporteur avait été dans la première moitié du XXème ?

 

« Je suis partout, je vends de tout »… Amazon en 2015 ? Non, Casino dans les années 30 !