INSIGHTS

Et si vous passiez au snacking ?
Actualités

Et si vous passiez au snacking ?

{“order”:1,”name”:”pubdate”,”attributes”:{“hidePublishDate”:”true”,”sling:resourceType”:”nielsenglobal/components/content/publishdate”},”children”:null}

Tout le monde en parle, c’est une sorte de mot magique, comme l’évidence d’une croissance future… Qu’il désigne un repas pris sur le pouce ou la consommation d’un en-cas en dehors des repas; le « snacking » semble être l’eldorado. Mais est-ce vraiment un bon filon ? Tout le monde a-t-il une carte à jouer sur ce terrain déjà bataillé ?

Un moteur du PGC+FLS
Si l’on considère le snacking au sens large, il apparaît que les catégories les plus en adéquation avec une consommation en dehors d’un repas1 croissent beaucoup plus vite que la moyenne : +2% contre
+1% pour le Total PGC+FLS2. Parmi elles, les salades et les sandwiches se distinguent particulièrement avec une croissance respective de +9% et +5%3 !
Si ces catégories se portent si bien, c’est qu’elles n’ont de cesse de recruter de nouveaux acheteurs. Aujourd’hui, 36% des foyers achètent au moins un sandwich dans l’année en grande distribution, 24% une salade « avec fourchette »… soit 8 points de plus qu’il y a trois ans4 ! Rien d’étonnant quand on sait que les français déclarent privilégier les hypermarchés et les supermarchés pour leurs courses de snacks5
Les univers snacking contribuent à cette dynamique
Pour répondre aux attentes de shoppers demandeurs de solutions « repas », de plus en plus de magasins font le pari d’un univers snacking regroupant les produits du « panier repas » : salades et sandwiches ont ainsi quitté le rayon traiteur pour retrouver boissons, pâtisseries et autres produits lactés dans un linéaire snacking dédié. Pari gagnant ! Parmi les hypermachés les plus performants, 70% ont un espace snacking dédié contre seulement 37% dans les magasins à potentiel6. C’est dire si la distribution a trouvé la bonne formule pour booster les ventes de produits snacking et attirer les consommateurs qui fréquentent les circuits spécialisés.
Ces nouveaux espaces font une part belle aux produits frais mais tout le monde n’est pas encore invité à la fête, en particulier les produits d’épicerie. Lorsqu’un espace snacking est présent, on trouve une offre chips dans seulement 30% des cas7 !

Une opportunité pour (toutes ?) les marques
Cette tendance de fond offre de multiples possibilités aux fabricants soucieux d’en tirer parti. D’abord en adaptant leurs gammes comme a su le faire Materne, en s’adressant aux adultes en mal d’une pause fruitée et pratique. En deux ans, les gourdes de compote Ma Pause Fruit ont vu leurs volumes augmenter de plus de 60%, l’une des plus belles dynamiques de la catégorie8 ! Cet exemple met en lumière la manière simple d’adapter son offre à une consommation « on the go ». À ce titre, certaines marques poussent ce principe au maximum comme Michel & Augustin avec leurs biscuits vendus par portion individuelle, légitimant ainsi une implantation dans le pôle snacking. Des propositions plus originales ont également fait leur place dans le pôle snacking, à l’exemple des gaspachos Alvalle en cup de 25cl. Pour d’autres marques, la création en magasin d’un univers snacking s’est avérée un accélérateur de ventes particulièrement approprié : les « ready to drink » à base de café ou les yaourts protéinés en format unitaire ne pouvaient rêver mieux.
Sur le rayon des boissons, cet emplacement privilégié a également permis de donner un second souffle à des marques qui gagnent à sortir de leur linéaire. Pulco en a fait la très heureuse expérience : son format 50cl n’est vendu que dans ces espaces et avoisine les 900 000 € de chiffre d’affaires… soit deux fois plus qu’il y a un an9 ! L’implantation au sein du pôle snacking offre souvent l’opportunité de créer de la valeur grâce à une politique tarifaire adaptée.


Et vous ? Vous y allez ?
Quelle que soit la manière de l’aborder, la tendance snacking est en marche ! Toutes les catégories alimentaires ont une carte à jouer et il serait dommage de s’en priver.
Une menace pour les leaders historiques issus du marché traiteur : nul doute que le linéaire sera de plus en plus bataillé ! En s’étendant en dehors de ses segments d’origine, Daunat dresse de premiers remparts à l’invasion des desserts. Si la bataille sera âpre pour s’octroyer une part du gâteau, tous les acteurs gagneront à le faire grandir encore…

1 24 catégories de PGC+FLS
2,3 Source : Nielsen – ScanTrack, HM+SM, évolution du cumul annuel (CAM) au 27/9/2015
4 Source : Nielsen – Homescan, HM+SM, CAM au 27/9/2015
5 Source : Nielsen – Global Snacking Survey, septembre 2014
6,7 Source : LocalEyes, relevé effectué en septembre 2015 dans un échantillon de 60 magasins sélectionnés selon leur performance.
8,9 Source : Nielsen – ScanTrack, HM+SM, CAM au 4/10/2015