INSIGHTS

Le vin : à chaque circuit sa spécificité
Actualités

Le vin : à chaque circuit sa spécificité

Le marché des vins tranquilles représente 4,6 milliards d’euros annuels soit 3 % du chiffre d’affaires tous produits des magasins. Ce poids monte même jusqu’à 4,5 % pendant la période des foires aux vins. C’est la plus grosse catégorie du PGC-FLS devant les bières et les whiskys ! Depuis plusieurs années, les vins se valorisent par l’amélioration de la qualité de l’offre.

Si cette valorisation se retrouve dans tous les circuits, la dynamique et les spécificités d’offre sont propres à chacun. La proximité et le drive sont les moteurs de la croissance pendant que les plus gros magasins souffrent davantage.

Proximité : le moteur de croissance

Avec 12% du chiffre d’affaires des vins tranquilles, la proximité est le premier contributeur à la croissance du marché à hauteur de 3 fois son poids. Cette performance est réalisée alors qu’il s’agit du circuit le plus exposé à la concurrence des spécialistes, avec un tiers des magasins de proximité se trouvant à moins de 5 minutes d’un caviste.

Si la proximité s’en sort si bien, c’est qu’elle a su proposer une offre en ligne avec les attentes du marché et optimiser ses 123 références en moyenne (3,8 % de l’offre totale) en donnant une forte place aux rosés et aux vins bio tout en gardant un niveau de prix accessible. 

Ainsi, 30 % du chiffre d’affaires des vins en proximité est réalisé par les rosés (poids de la couleur 13 % supérieur à la moyenne), avec une offre plus abordable que la moyenne marché. En effet, 28 % des références de rosé sont vendues à un prix unitaire inférieur à 3 € dans les enseignes de proximité alors qu’elles ne représentent que 23 % de l’offre en hypermarché. L’offre est beaucoup moins étoffée sur le haut de gamme qu’en hypermarché et supermarché.

Les enseignes de proximité ont aussi su surfer sur la vague du bio en y allouant 4 % de leur offre ce qui génère 29 % de croissance sur le circuit.

Drive : encore du chemin à parcourir

Le poids du drive sur le vin reste inférieur à la moyenne mais le circuit met les bouchées doubles pour rattraper son retard. Les drives adaptent leur offre courte aux tendances de consommation du circuit. Ce sont les gros formats et en particulier les bag-in-box qui sont les plus performants en drive : un tiers du chiffre d’affaires est fait sur ce conditionnement contre moins du quart en moyenne.

Les hypermarchés : expérience exigée !

Sur un marché en croissance valeur à +1,7 %, les hypermarchés n’ont que peu profité de ce dynamisme avec une croissance des ventes trois fois inférieure à la moyenne (+0,5 %) alors que moins de 20 % du parc est exposé à un caviste (moins de 5 minutes en voiture). 

Les plus grands hypermarchés (plus de 7 500 m²) sont encore moins dynamiques, avec une offre certes conséquente de 840 références en moyenne par magasin, mais qui progresse moins vite que l’offre totale. 

Cette offre, dont la largeur s’avère insuffisante pour générer de la croissance, reste également moins adaptée par rapport au développement des cavistes en ligne. Le chemin de la croissance passera par des partis pris dans la sélection proposée, à l’image de la proximité et des drives, et par la capacité des enseignes à les expliquer aux consommateurs. Pas étonnant que tous les hypermarchés rénovés proposent un concept moderne de cave à vin qui améliore l’expérience client.

Télécharger le rapport complet

Télécharger

Le vin : à chaque circuit sa spécificité

Pour accéder au rapport intégral, veuillez fournir les informations suivantes :

By clicking on Subscribe, I agree to the Privacy Policy and Terms of Use.