INSIGHTS

Pâques : Un temps fort en retrait cette année
Actualités

Pâques : Un temps fort en retrait cette année

Quelques jours après les fêtes de Pâques, Nielsen dévoile les performances des produits de grande consommation lors de la semaine se terminant le 21 avril, jour de Pâques 2019. Une semaine légèrement en baisse pour les produits de grande consommation, et une campagne de Pâques difficile pour les chocolats en raison de la météo et du calendrier.

Une forte semaine de ventes… mais moins que les exercices précédents

Chaque année, la semaine de Pâques est pour la grande distribution un temps fort marqué par d’importantes mises en avant en rayon, de nombreux prospectus… et beaucoup d’acheteurs dans les points de vente. La semaine se terminant le 21 avril affiche ainsi une logique et forte progression du chiffre d’affaires : +13% par rapport à la même semaine en 2018.

En revanche, si l’on neutralise ce décalage calendaire (Pâques a eu lieu le 1er avril l’an passé), la semaine est en repli par rapport à la semaine de Pâques 2018 : dans les hypermarchés, supermarchés, drives et magasins de proximité, on note en effet un recul de 1.6% du chiffre d’affaires total PGC, malgré de très fortes progressions les lundi et dimanche. Ces dernières ne suffisent pas à compenser les nets reculs observés le vendredi et le samedi.

Météo et vacances scolaires : les chocolats pénalisés

Parmi les rayons, l’épicerie sucrée voit son chiffre d’affaires baisser de 8% sur la semaine de Pâques 2019, en comparaison avec la semaine de Pâques 2018 : les ventes de chocolat sont les plus en retrait, avec 14% de ventes en moins. Les conditions météorologiques (davantage de chaleur) et le calendrier (Pâques situé pendant les vacances scolaires de printemps contrairement à l’an passé) ont été très défavorables aux catégories chocolats (enfants, adultes, tablettes) cette année.

1 produit de Pâques sur 10 absent des rayons

Au-delà des difficultés conjoncturelles, les chocolats saisonniers sont confrontés structurellement à un pic de ventes spectaculaire… et à des ruptures en rayon nombreuses, notamment pour les produits les plus recherchés par les consommateurs. Pour Laurent Beneditti, Directeur Projets Collaboratifs chez Nielsen, “lors de telles semaines, marques et distributeurs sont confrontés à d’importants enjeux logistiques.  Il s’avère que sur les produits chocolats suivis sur la semaine de Pâques, le taux de disponibilité linéaire s’est établi à 88%. Dit autrement, dans 12% des cas, le produit est manquant en linéaire, autant de ventes potentielles manquées. Tout la difficulté est d’atteindre dans chaque point de vente l’excellence opérationnelle tant recherchée et de trouver le bon équilibre entre disponibilité linéaire et risques de sur-stocks à l’issue de la saison”.

20 avril : une veille de Pâques d’envergure… mais moindre que les années passées

Le samedi est traditionnellement la plus grosse journée pour les points de vente, a fortiori lorsqu’il s’agit d’une veille de fête. Le samedi 20 avril ne déroge pas à la règle et s’immisce même dans le classement des meilleures journées pour la distribution.

Avec 458 millions d’euros pour le chiffre d’affaires produits de grande consommation, la journée se classe 10ème du classement monopolisé par les périodes de fêtes, incluant également le 6 mai 2017, veille d’élection présidentielle et début d’un week-end de 3 jours. Le 20 avril 2019 se classe en-deçà des veilles de Pâques 2017 et 2018.