INSIGHTS

Pâques : Les œufs en chocolat devant les œufs de poules
Actualités

Pâques : Les œufs en chocolat devant les œufs de poules

Alors que les ventes de chocolat battent leur plein à quelques jours de Pâques, Nielsen a comparé en guise de clin d’œil les ventes de mini-œufs en chocolat et celles d’œufs de poules, en hypermarchés et supermarchés.

Les œufs de poules, un poids lourd de l’alimentaire

Avec plus de 1,2 milliards d’euros vendus en France (hypers, supermarchés, proximité, SDMP et drive), les œufs représentent plus de 1% du chiffre d’affaires total des produits de grande consommation. 94% des foyers français en achètent à raison de 17 actes d’achats dans l’année.

900 millions d’euros sont vendus dans les seuls hypers et supermarchés. Dans ces grandes surfaces, il s’en vend ainsi 17,5 millions d’euros par semaine en moyenne, de façon très régulière au cours de l’année.

Les mini-œufs en chocolat, des ventes très concentrées

Les œufs en chocolat représentent un chiffre d’affaires annuel 12 fois plus petit… mais bien plus saisonnier puisque la seule semaine précédent Pâques représente près de 40% des ventes de l’année (55% si l’on cumule les 2 semaines précédant Pâques).

Lors du pic de ventes hebdomadaire, leurs ventes dépassent ainsi nettement les ventes d’œufs de poules en grandes surfaces. C’est bien sûr la seule fois dans l’année. En 2017, les ventes de mini-œufs en chocolat ont dépassé de 33% les ventes d’œufs de poules, et en 2018, de 53%.