INSIGHTS

Jours fériés et hypermarchés : Un enjeu de 10 millions d’euros par semaine
Actualités

Jours fériés et hypermarchés : Un enjeu de 10 millions d’euros par semaine

Un contexte perturbé pour la grande consommation

Les semaines à jours fériés induisent de vrais challenges qui mettent à risque la disponibilité des produits pour les consommateurs en magasin : restrictions de circulation, problématiques de gestion des ressources humaines, mouvements de demande sur les différents jours de la semaine, perturbation de la demande locale dans les points de vente…

Afflux local de consommateurs et bond dans les ventes

Les déplacements des Français lors des célèbres « ponts de mai » se traduisent également par des mouvements de demande dans les points de vente, d’autant plus forts si les conditions météo sont favorables. Ainsi lors du week-end de l’Ascension 2019, le trafic enregistré le dimanche a été comparable aux chassés-croisés de l’été. Pour Rémi Adam, expert géo-marketing chez Nielsen, “il est intéressant de noter que beaucoup de département ruraux profitent de l’Ascension, en plus des spots balnéaires, les ménages français profitant du pont de quatre jours pour retourner dans leurs familles. Inversement, l’étude souligne que certains département sont déficitaires en termes de ventes, comme les Hauts-de-Seine et Paris, vraisemblablement davantage quittés par leurs habitants que la moyenne.”

A titre d’illustration, un hypermarché situé sur la côte vendéenne a ainsi connu un bond de ses ventes de plus de 60% sur la semaine  de l’Ascension.

Modification du poids des jours au cours de la semaine

L’analyse des ventes quotidiennes révèle également une adaptation des consommateurs pour leurs courses lors de ces semaines avec jours fériés, confrontés aux fermetures de magasins le 1er mai par exemple, et prenant en compte leurs éventuels départs en week-ends. On constate ainsi des mouvements de demande, en particulier sur le jour précédent et le jour suivant le jour férié. Ainsi, le lundi précédent le mardi 1er mai, les ventes étaient plus de 50% supérieures aux lundis habituels !

Davantage de ruptures en point de vente

Les pics de demande consommateurs sur certains jours mettent la supply-chain des distributeurs sous tension. Ainsi les semaines avec un jour férié ont toujours un taux de rupture supérieur aux semaines « classiques », ce qui révèle une dégradation de la disponibilité des produits pour le consommateur. Alexandre Chiron, Consultant Nielsen OSA, ajoute : “De façon générale les consommateurs risquent en effet d’être confrontés à un manque de produits dans les rayons des magasins. Cela dit la situation diffère selon le degré d’ouverture des magasins sur tel ou tel jour férié, selon la position du jour férié dans la semaine ou selon des facteurs extérieurs comme les conditions météorologiques.”

En moyenne, lors d’une semaine avec un jour férié sur le mois de mai , le taux de rupture constaté en hypermarchés est supérieur de 1.2 points par rapport à une semaine « classique ». Par exemple, sur la semaine du jeudi de l’ascension 2019, le taux de rupture est supérieur le jeudi (+1.71 pts) mais aussi sur chacun des jours de la semaine. Concrètement, l’enjeu de ces ruptures supplémentaires en point de vente s’élève à plus de 10 millions d’euros pour une semaine et pour les seuls hypermarchés.