INSIGHTS

Spritz et cocktails sans alcool, succès de l’été ?
Actualités

Spritz et cocktails sans alcool, succès de l’été ?

UNE CONSOMMATION À GÉOMÉTRIE VARIABLE

Si 82% des Français consomment des cocktails, ces derniers sont consommés aussi bien à domicile que dans le réseaux CHR (Cafés-Hôtels-Restaurants, mais aussi pubs, discothèques).

Cocktail is consumed at  home and out of home

L’analyse régionale révèle des disparités significatives, entre le Sud-Est où 78% des habitants sont consommateurs de cocktails, et l’île-de-France où le ratio atteint 89%.

8 out of 10 people drink cocktails

LE SPRITZ POUR CONCURRENCER LE MOJITO ?

Si le Mojito reste le numéro 1 incontesté, la progression du rhum en général semble s’essouffler, et le Mojito est de plus en plus concurrencé par d’autres cocktails à la mode, comme le Spritz mais aussi le Gin Tonic qui revient sur le devant de la scène, ainsi que les cocktails sans alcool. Pour Damien Lelong, expert hors-domicile chez Nielsen, “le Mojito ne répond plus exactement à la demande d’expérience recherchée dans la consommation dans les bars ou discothèques. 52% des consommateurs nous disent en effet rechercher de l’expérience , et 64% d’entre eux souhaitent changer leurs habitudes de consommation.”

Le Spritz reste certes le 15ème cocktail le plus consommé… mais est désormais le 8ème cocktail préféré des consommateurs, avec l’Est et la Région Parisienne qui restent les bastions. Mais sa forte progression nationale laisse présager une belle progression pour ce cocktail dans les années à venir.

Cocktail : Regional habits

LES SANS ALCOOL SÉDUISENT DE PLUS EN PLUS… ET GARDENT DU POTENTIEL

Une tendance de fond se confirme en termes de boissons : le mouvement vers une consommation moins alcoolisée. Damien Lelong l’explique : “la dernière année est dans la lignée des précédentes, avec des catégories sans alcool à l’image “saine” comme les thés et les purs jus de fruits, toujours dynamiques. Au sein des alcools, on note des tendances opposées entre des spiritueux plutôt en berne, et des bières par définition moins alcoolisées, en très bonne forme. Sans compter que les bières sans alcool reviennent également, la consommation de boissons a réellement tendance à devenir moins alcoolisée.”

La concrétisation la plus flagrante est la bonne santé des cocktails sans alcool, consommés par 2 Français sur 3, tout particulièrement parmi la clientèle féminine. Cette catégorie garde encore beaucoup de potentiel : non seulement 1 établissement sur 2 n’en propose pas sur sa carte, mais de plus, les consommateurs sont en attente de davantage d’attention portée aux cocktails sans alcool , tant en termes de recettes que de politique tarifaire adaptée.