INSIGHTS

Gilets jaunes : impact consommateur et magasin après 16 semaines
Actualités

Gilets jaunes : impact consommateur et magasin après 16 semaines

Le chiffre d’affaires total magasin est en hausse de +0.5% depuis mi-novembre et le début de la séquence “gilets jaunes”.
Les consommateurs ont adapté leurs courses hebdomadaires du samedi, différemment selon le niveau de vie des foyers.

Impact magasins : un chiffre d’affaires resté finalement positif

Sur l’ensemble de la séquence considérée (de mi-novembre à début mars), les points de vente ont maintenu leur chiffre d’affaires total avec même une légère progression de +0.5%, dont +1.1% pour le total alimentaire. Le non-alimentaire est en repli de 2,7%.

L’analyse confirme que les samedis ont concentré les plus forts reculs, avec en moyenne sur la période des baisses de 6% pour l’alimentaire. Les consommateurs ont reporté leurs achats au cours de la semaine, et notamment le dimanche, pour au final maintenir voire augmenter leurs dépenses.En revanche sur le non-alimentaire, nous avons observé des reculs encore plus importants le samedi, sans report cette fois vers les autres jours de la semaine

Impact consommateurs : les foyers modestes ont davantage reporté leurs achats le dimanche

Afin de creuser la compréhension des comportements consommateurs, Nielsen a étudié les achats des ménages selon leur niveau de vie (modeste, moyen inférieur et supérieur, aisé) lors des week-ends, depuis le début du mouvement gilets jaunes jusqu’à la fin d’année.

Tous les ménages ont augmenté significativement leurs achats le dimanche, afin de compenser les achats non effectués la veille en raison des blocages et difficultés de circulation. Les foyers modestes sont ceux qui ont le plus changé leurs habitudes, en augmentant de 27% leurs dépenses le dimanche.

Les foyers aisés ont remplacé leurs visites en hypers et drives par les plus petites surfaces

En revanche, si les ménages ont drastiquement diminué leurs dépenses les samedis, c’est à l’exception notable des foyers aisés. Ces derniers ont certes baissé leurs achats en hypermarchés, SDMP* ou en drives ces jours-là, mais se sont dirigés à la place vers les plus petites surfaces, supermarchés, magasins de proximité ou commerces de centre-ville.

* SDMP : Supermarchés à Dominante Marques Propres (anciennement appelés discounters)