INSIGHTS

Prélèvement à la source et EGA : un début d’année sous le signe de la prudence
Actualités

Prélèvement à la source et EGA : un début d’année sous le signe de la prudence

Si les EGA ont en tant que tel une notoriété limitée, 1 foyer français sur 3 a en tête la limitation des discounts promotionnels sur l’alimentaire.

Parmi les ménages payant l’impôt sur le revenu, 1 sur 3 envisage d’adapter ses dépenses, notamment alimentaires, pour s’adapter au prélèvement à la source.

Cergy, le 28 janvier 2019 – En ce début d’année marqué par de nouvelles mesures pouvant affecter le pouvoir d’achat des ménages, Nielsen s’est penché sur la perception des consommateurs et la notoriété des nouvelles mesures (prélèvement à la source et EGA, Etats Généraux de l’Alimentation).

Impact de la retenue à la source sur les achats du quotidien

Avec la mise en place du prélèvement à la source, les ménages concernés envisagent significativement d’adapter leurs dépenses : 1 sur 3 anticipe des achats en baisse, tout particulièrement les revenus modestes, les familles avec enfants en bas âge et la clientèle des SDMP (supermarchés à dominante marques propres, ex-discounters).

Les produits de tous les jours ne sont pas à l’abri : 19% des ménages payant l’impôt sur le revenu envisagent même de diminuer leurs dépenses tout particulièrement sur les produits alimentaires : les familles avec enfants en bas âge, les jeunes de moins de 35 ans et les revenus modestes y songent encore davantage que la moyenne.

EGA : une notoriété encore limitée mais non négligeable

13% des foyers ont entendu parler des États Généraux de l’Alimentation, avec une notoriété plus forte parmi les foyers à revenus aisés et les retraités. Mais au-delà de l’acronyme EGA et de sa signification, un tiers des ménages a connaissance d’une nouvelle réglementation sur les promotions.

Pour Anne-Bénédicte Piaczinski, Experte Insights Consommateurs & Shoppers de Nielsen France, “La complexité de mise en place et le calendrier échelonné rendent peu visible la nouvelle réglementation promotionnelle pour le grand public. Néanmoins, cette étude montre un impact potentiel, même sur les achats du quotidien. Combinés à l’incertitude générale (gilets jaunes, prélèvement à la source…), ils sont un signal important à considérer par les marques et les enseignes car au delà des intentions, la déconsommation est déjà amorcée sur certaines catégories ou circuits.