INSIGHTS

Moral des ménages : l’Europe – et la France en particulier – débutent 2013 dans la morosité.
Rapport

Moral des ménages : l’Europe – et la France en particulier – débutent 2013 dans la morosité.

86% des Français considèrent que la période n’est pas propice pour acheter ce dont ils ont besoin ou envie.
Le pessimisme s’accroît dans 33 pays sur les 58 étudiés à travers le globe – 20 d’entre eux sont des pays européens.

L’indice de moral des ménages a chuté d’un point globalement entre le 3ème et le 4ème trimestre 2012, désormais à 91 selon l’enquête menée par Nielsen, leader mondial de l’information et des insights sur ce que voit et achète le consommateur.

L’enquête en ligne sur le moral des consommateurs lancée en 2005 par Nielsen, mesure la confiance, les préoccupations majeures et les habitudes de consommation de 29 000 internautes dans 58 pays. L’indice 100 indique un degré d’optimisme moyen.

Dans cette enquête menée du 10 au 27 novembre 2012, le niveau de confiance a chuté dans 33 pays, est resté stable dans 6 pays et a augmenté dans 19 pays par rapport au trimestre précédent.

Le moral des ménages dans le monde

La confiance des consommateurs a chuté dans 20 pays en Europe sur les 29 étudiés et 10 affichent même une confiance en déclin de 6 points ou plus entre le 3ème et le 4ème trimestre 2012. D’une manière générale la confiance en Europe a chuté de 3 points à 71. La morosité la plus importante à court terme est enregistrée en Belgique avec une chute de 14 points à 74, et en Grèce, qui connaît l’indice de confiance le plus bas à 35 avec une nouvelle chute de 11 points.

« Les tentacules de la crise de la dette vont désormais au-delà des économies en récession de l’Europe du Sud et le moral des ménages baisse dans une majeure partie du continent. » affirme le Docteur Venkatesh Bala, Economiste, The Cambridge Group (entité de Nielsen).

« Les espoirs de reprise ont baissé au dernier trimestre dès lors que les pays d’Europe Centrale, du Nord, et de l’Est, ont été entraînés par la vague de récession. Néanmoins, des signes de stabilisation sont évidents et s’ils se confirment, peuvent entraîner une hausse du moral des ménages dès 2013. »

En France le moral des consommateurs était resté stable entre le 2ème et le 3ème trimestre 2012 (avec un indice de 61) mais enregistre une chute de 9 points (de 61 à 52) sur la fin d’année.

« La situation économique s’est détériorée en France au 4ème trimestre avec de nouvelles augmentations pour le chômage et les préoccupations autour du pouvoir d’achat… sans compter un scepticisme généralisé quant à l’efficacité de certaines décisions politiques. », rajoute Laurent Zeller, Président Directeur Général de Nielsen France.

« Les perspectives restent sombres pour 2013, les consommateurs ayant initié des comportements d’achats plus prudents, réduisant mêmes pour certains leurs dépenses alimentaires, pourtant traditionnellement robustes, même en temps de crise. »

Inversement, les régions les plus optimistes que sont l’Asie-Pacifique (101) et l’Amérique Latine (96) sont de surcroît les seules à connaître une hausse de confiance, respectivement de un et deux points par rapport au trimestre précédent.

Sentiment de récession économique

Au 4ème trimestre 2012, plus de la moitié des répondants dans le monde (59 %) disent que leur pays est en récession, un score en légère amélioration par rapport au trimestre précédent (62 %). 3 européens sur 4 considèrent toujours leur pays en récession, situation sable par rapport au trimestre précédent. En revanche le sentiment de récession des consommateurs français a augmenté de 3 points à 86 %.

En Asie-Pacifique le sentiment de récession a connu un déclin de 4 points à 48 et de 3 points en Amérique Latine à 50 %.

C’est en Amérique du Nord que l’amélioration est la plus sensible : 74 % d’entre eux pensent que leur pays est en récession contre 81 % au trimestre précédent.

Budget des ménages

60 % des européens ont une perception “mauvaise” ou “pas très bonne” de leurs finances personnelles… un score qui s’élève même à 76% en France.

De même si 73 % des européens considèrent que la période n’est pas propice pour acheter ce dont ils ont besoin ou envie, c’est le cas pour 86 % des Français. Chez ces derniers on observe même un recul tant en termes d’argent disponible (avec une chute d’un point à 23 %) que d’épargne (34 % des répondants épargnent contre 39 % au trimestre précédent.

Intentions d’achat

Au niveau européen les consommateurs font des économies en réduisant leurs vacances (25 %), leurs sorties (23 %), l’amélioration / décoration de l’habitat (21 %). Les consommateurs français épargnent moins mais dépensent davantage en vêtements à court terme (en hausse de 5 points – pour 33 % des ménages), mais aussi en amélioration / décoration de l’habitat en hausse d’un point (26 %) et en produits de nouvelle technologie en hausse de 4 points (13 %).

Les préoccupations majeures

Pour le consommateur français, la sécurité de l’emploi reste la préoccupation (pour 18 % d’entre eux), devant l’augmentation des factures domestiques (13 %), puis la situation économique dans son ensemble pour 12 % d’entre eux. En Europe on retrouve le même trio : la sécurité de l’emploi en tête du classement (15 %) suivi par l’économie (13 %) et l’augmentation des factures domestiques (12 %).