INSIGHTS

Un bilan de l’été mitigé pour les produits de grande consommation
Rapport

Un bilan de l’été mitigé pour les produits de grande consommation

Sur la période P9 du 8 août au 4 septembre 2016, le chiffre d’affaires des PGC progresse de +1,1%, une bonne nouvelle pour la grande consommation après un début de saison estivale bien ralenti.

L’été, marqué par un mois de juin particulièrement morose puis une alternance de fraîcheur et de chaleur estivale, s’est achevé par une vague de chaleur tardive en fin de saison. Ces variations climatiques se répercutent directement sur la grande consommation, qui a connu un début de saison difficile (recul du chiffre d’affaires de -0,3% sur la période P7), pour se redresser ensuite à P8 et P9. Le chiffre d’affaires du PGC-FLS est en croissance de +1,1% sur la dernière période P9, et se positionne ainsi à +1,0% en cumul à date.

Rayons et catégories : le frais non-laitier est toujours la locomotive du PGC-FLS

Le frais non-laitier est sur une tendance de fond particulièrement dynamique, et c’est encore le cas sur la période estivale : le rayon amène 41% des gains de chiffre d’affaires de l’été – soit 2,5 fois son poids.

De manière plus conjoncturelle, l’été a profité au surgelé sucré (+2,3% en valeur sur la saison contre -3,9% sur un an) et aux alcools (+3,6% contre +2,2%) comme les rhums et les bières qu’on retrouve parmi les catégories les plus dynamiques.

A contrario, l’hygiène-beauté et les boissons sans alcool affichent sur la saison des taux de recul quasiment deux fois supérieurs à la moyenne annuelle.
Coté liquides, les sirops, eaux, jus de fruit et sodas gazeux font grise mine, seules les boissons plates et concentrés d’agrumes tirent un bilan positif de l’été, sans doute un reflet de l’attente des consommateurs pour davantage de naturalité.
A noter dans le contexte morose de l’hygiène-beauté, les produits solaires finissent l’été avec une progression tout de même dynamique (+4,5% en valeur) après un début de saison très mauvais.

La consommation dynamique en ville, et lors des matchs de foot !

Coté magasins, pas de surprise par rapport aux tendances observées sur l’année, la proximité et le drive surcontribuent à la croissance, réalisant respectivement 43% et 27% des gains de la saison.

Au sein du circuit de proximité, l’écart de performance entre les zones urbaines (plus dynamiques) et les zones rurales s’accroit durant l’été par rapport au reste de l’année.

Autre événement, l’Euro 2016 qui a bénéficié aux villes hôtes : les bières, le champagne et les apéritifs alcoolisés affichent des taux de croissance 2 fois plus élevés dans les magasins autour des stades et fan zones que dans le reste de la France !

***

Clé de lecture des graphiques
Période P9 : du 8 août au 4 septembre 2016
CAM : Cumul annuel mobile, 1 an complet arrêté au 4 septembre 2016
CAD : cumul à date, soit du début de l’année civile jusqu’au 4 septembre 2016
HM : hypermarchés
SM : supermarchés
SDMP : Supermarchés à Dominante Marques Propres, anciennement appelés ‘hard-discounters’.

Télécharger le rapport complet

Télécharger

Un bilan de l’été mitigé pour les produits de grande consommation

Pour accéder au rapport intégral, veuillez fournir les informations suivantes :

By clicking on Subscribe, I agree to the Privacy Policy and Terms of Use.