Skip to content
Aperçus > Médias

Le rock classique fait à nouveau fureur en été 2017

3 minutes de lecture | Septembre 2017

Selon l'endroit où vous vivez en Amérique, la transition vers l'automne bat déjà son plein. La saison de football, les nuits plus fraîches, les couleurs vives des feuilles et le retour à l'école et au travail marquent la fin d'un nouvel été. Tous ces facteurs influencent l'écoute de la radio et seront à l'origine de l'actualité des mois à venir. Mais avec la publication des résultats de l'audimètre portable (PPM) de Nielsen pour l'enquête d'août, il est temps de mettre un terme au format de l' analyse de l'été pour cette année.

Pour la deuxième année consécutive, c'est le rock classique qui a enregistré la plus forte croissance en termes de part d'audience lorsque l'on compare les écoutes des cinq premiers mois de l'année à celles de juin, juillet et août, les jours de chien de l'été. En 2017, la course s'est jouée entre Classic Rock et Classic Hits, qui sont devenus des valeurs sûres pour la couronne du format de l'été au cours des dernières années. Il est important de noter que cette distinction ne va pas au format qui a la plus grande part d'audience globale (News/Talk). Il s'agit plutôt du format qui connaît la plus forte croissance pendant les mois d'été. Cette année, quatre formats étaient en lice pour le titre de format de l'été, le rock classique arrivant une nouvelle fois en tête.

Si l'on regarde sur le long terme, il est clair que les audiences gravitent vers la musique des décennies précédentes pendant les mois d'été, lorsque les habitudes d'écoute et les routines changent. Classic Hits, le gagnant de l'été 2014 et 2015, diffuse généralement plus de musique pop des mêmes époques que Classic Rock, le gagnant de 2016 et 2017.

Et tout comme ces habitudes estivales ont changé la façon dont les Américains écoutent la radio, il en va de même pour les événements de ces dernières semaines, alors que des ouragans majeurs ont touché la côte du Golfe, la Floride et le sud-est. Lorsque les résultats de l'enquête PPM de septembre seront disponibles dans quelques semaines, nous surveillerons de près l'écoute des nouvelles et l'utilisation de la radio, en nous concentrant particulièrement sur les marchés du Texas, de la Floride et d'ailleurs.

La dernière fois qu'il y a eu une histoire d'ouragan aussi importante en Amérique, c'était en 2012, lorsque Sandy a remonté la côte Est et a touché terre à New York. En chemin, la tempête a traversé sept marchés PPM de Washington à Boston, et dans les premiers jours qui ont suivi l'arrivée de Sandy à New York, l'audience radio dans ces marchés du nord-est a bondi de 50 %, les consommateurs se tournant vers la radio pour obtenir des informations et des mises à jour. De plus, la part d'écoute des stations d'information à New York (commerciales et non commerciales) a fait un bond spectaculaire ; le jour où Sandy a touché terre à New York, la moitié de toute l'écoute radio sur le marché était destinée à une station de type News/Talk ou All-News.

Chaque tempête est différente et unique, et les deux récents ouragans sont arrivés dans des zones peuplées pendant un week-end, et non pendant la semaine de travail, comme ce fut le cas pour Sandy. Nous en saurons plus sur la façon dont ces tempêtes ont influencé les habitudes de la radio à Houston, Austin, Miami, Tampa et bien d'autres marchés au cours des prochaines semaines.

Les données utilisées dans cet article tiennent compte des publics multiculturels. Les publics de consommateurs hispaniques sont composés de populations représentatives anglophones et hispanophones.