02_Eléments/Icônes/Flèche à gauche Retour à Insight
Connaissances > Audiences

L'influence du moment du diagnostic sur les comportements médiatiques des survivants du cancer

3 minutes de lecture | Octobre 2018

En 2018, l'Institut national du cancer estime qu'il y aura 1 735 000 nouveaux cas de cancer diagnostiqués aux États-Unis. Après le diagnostic, chaque survivant* s'engagera dans un parcours unique adapté à son type de cancer et aux options de traitement choisies. Les survivants se tourneront vers de nombreuses sources pour accroître leurs connaissances sur la maladie, s'informer sur les options de traitement et découvrir les moyens de réduire le risque de récidive. Le type de connaissances que chaque survivant du cancer recherche est souvent influencé par la durée de sa survie, et comme l'a découvert Nielsen Scarborough, il en va de même pour les sources médiatiques vers lesquelles les survivants du cancer se tournent pour obtenir des informations sur les soins de santé au cours des cinq premières années suivant le diagnostic.

Au cours des 12 derniers mois, les publicités sur les soins de santé ont atteint 75 % des survivants du cancer à la télévision aux États-Unis.

Tous les survivants du cancer, quel que soit le temps écoulé depuis le diagnostic, disent se souvenir le plus souvent d'avoir vu ou entendu des publicités sur les soins de santé à la télévision, dans les cabinets médicaux et dans les magazines. Au cours des 12 derniers mois, les publicités sur les soins de santé ont atteint 75 % des survivants du cancer aux États-Unis à la télévision, 54 % dans les cabinets médicaux et 40 % dans les magazines. Lorsqu'on leur demande quelles sont les sources d'information qu'ils apprécient le plus, il n'est pas surprenant de constater que tous les survivants se tournent principalement vers leur équipe de soutien médical (médecins, infirmières, pharmaciens), les emballages/étiquettes des médicaments et la famille/les amis. Mais lorsqu'il s'agit de sources supplémentaires d'informations sur les soins de santé, les points communs divergent et des différences commencent à apparaître en fonction du temps écoulé depuis le diagnostic initial du cancer.

Les survivants d'un cancer diagnostiqué il y a un ou deux ans sont plus attentifs à divers supports publicitaires dans le domaine de la santé. Ils sont 28 % plus susceptibles que le survivant moyen du cancer d'avoir vu de la publicité dans une pharmacie, 23 % plus susceptibles sur Internet et 15 % plus susceptibles par publipostage. Les journaux sont également efficaces pour atteindre ce groupe, car ils sont plus susceptibles de remarquer une publicité dans un magazine du dimanche ou une édition quotidienne/de fin de semaine. Ils sont également 35 % plus susceptibles d'accorder de l'importance aux informations contenues dans les publicités des journaux. La publicité sur les soins de santé incite ces survivants à regarder des vidéos en ligne, à discuter des publicités avec leur médecin et à effectuer des recherches en ligne pour obtenir des informations supplémentaires.

Les informations en ligne sont appréciées par les survivants du cancer diagnostiqué il y a deux à cinq ans. Ils sont 30 % plus susceptibles que la moyenne des survivants du cancer d'apprécier les informations trouvées sur les blogs/vlogs en ligne, 27 % plus susceptibles d'apprécier les vidéos en ligne, 20 % plus susceptibles d'apprécier le contenu des sites Web des sociétés pharmaceutiques/marques et 12 % plus susceptibles d'apprécier le dialogue dans les communautés en ligne et les groupes de soutien.

Les publicités radiophoniques sont également efficaces pour les atteindre, car ils sont 19 % plus susceptibles de dire qu'ils ont entendu une publicité sur les soins de santé par ce moyen. Les entreprises pharmaceutiques ont les oreilles et les yeux de ce groupe, qui est plus susceptible que le survivant moyen du cancer de demander à son médecin de lui prescrire un médicament spécifique à la suite d'une publicité sur les soins de santé.

Il est important de comprendre les facteurs qui influencent les comportements médiatiques des survivants du cancer afin de sensibiliser à la maladie, d'éduquer sur la prévention et le traitement, et de collecter des fonds pour la recherche.

*Conformément à l'Institut national du cancer, M. Scarborough définit un survivant du cancer comme toute personne vivante à qui l'on a diagnostiqué un cancer, que la maladie soit active ou en rémission.

Poursuivre la recherche d'informations similaires

Nos produits peuvent vous aider, vous et votre entreprise

  • Vue des consommateurs et des médias

    Accédez à des études de consommation syndiquées et personnalisées qui vous aideront à définir une marque, une publicité et un marketing réussis....

  • NCSolutions

    Maximiser l'efficacité de la publicité des produits de grande consommation grâce aux données afin de mieux segmenter, d'optimiser et d'obtenir des résultats basés sur les ventes.