Skip to content
Connaissances > Audiences

Démographie de la vidéo à la demande : Le visionnage de la VOD à travers les générations

4 minutes de lecture | Mars 2016

Compte tenu de la commodité et des avantages personnalisés qu'offre le visionnage de programmes à la demande, il n'est pas surprenant que la VOD fasse rapidement partie des habitudes de visionnage quotidiennes de nombreuses personnes dans le monde, quel que soit leur âge. En fait, parmi les 65% de personnes interrogées dans le monde qui regardent un type quelconque de programme VOD - qui peut inclure du contenu de longue et de courte durée - plus de quatre sur dix disent le regarder au moins une fois par jour (43%).

Et les plus jeunes ne sont pas les seuls à regarder des programmes à la demande. Alors qu'un pourcentage plus élevé de répondants de la génération Z (15-20 ans) et du millénaire (21-34 ans) déclarent regarder du contenu à la demande quotidiennement ou plus souvent (49 % et 48 %, respectivement) que leurs homologues plus âgés, plus d'un cinquième (21 %) des répondants de la génération silencieuse (65 ans et plus) et un quart (26 %) des baby-boomers (50-64 ans) disent regarder au moins une fois par jour. Les personnes interrogées de la génération X (35-49 ans) se situent dans la moyenne, à la fois en termes d'âge et de visionnage à la demande, avec 38 % qui déclarent regarder quotidiennement.

Les films dominent le type de contenu VOD regardé dans toutes les régions et générations. Quatre-vingt pour cent des personnes interrogées dans le monde qui regardent du contenu à la demande disent regarder des films, suivis par les programmes de télévision à la demande (50 %). En ce qui concerne les genres de programmes populaires, les comédies (38 %) et les séries originales (32 %) sont les plus populaires au niveau mondial, suivies des sports et des documentaires (31 % chacun). Vingt-deux pour cent des personnes interrogées dans le monde déclarent regarder des contenus vidéo courts (vidéos d'une durée de 15 minutes ou moins).

Alors, que signifie la popularité actuelle de la VOD entre les générations pour les habitudes de consommation futures ? Un examen de la volonté de payer pour les options de programmation par génération nous donne un aperçu.

La majorité des personnes interrogées, toutes tranches d'âge confondues, déclarent payer pour regarder des émissions ou des programmes vidéo via un service de câble et/ou de satellite. Globalement, 70 % des personnes interrogées de la génération Z et 73 % de celles du millénaire disent payer ce type de fournisseur traditionnel pour le contenu, contre 77 % de la génération X, 64 % des baby-boomers et 63 % de la génération silencieuse. Les abonnements à des services en ligne (tels que Hulu, Netflix et Amazon), en revanche, sont plus jeunes. En fait, 31 % des personnes interrogées de la génération Z et du millénaire déclarent payer un fournisseur de services en ligne pour du contenu. Les chiffres sont plus faibles chez les répondants plus âgés, puisque 24 % de la génération X, 15 % des baby-boomers et 6 % de la génération silencieuse disent payer un fournisseur de services en ligne pour du contenu.

"La popularité croissante des services vidéo uniquement en ligne continuera d'exercer une pression sur les réseaux et les MVPD, mais un remplacement substantiel de l'un pour l'autre est peu probable", a déclaré Megan Clarken, présidente de Nielsen Product Leadership. "Si certains consommateurs réduisent les services de télévision traditionnels, beaucoup ne coupent pas complètement le cordon. Pour la plupart des téléspectateurs, les services en ligne et traditionnels ne s'excluent pas mutuellement, mais sont complémentaires. De plus, les services uniquement en ligne, les réseaux et les MVPD sont confrontés aux mêmes défis, notamment l'évolution rapide des préférences des consommateurs, la surabondance de choix et l'augmentation des coûts du contenu. À court terme, le "cord shaving" est probablement la plus grande menace, car les consommateurs évaluent les avantages des services ou réseaux premium et envisagent des bouquets de chaînes plus légers qui correspondent mieux à leurs préférences et à leur porte-monnaie."

Les autres conclusions du rapport mondial sur la vidéo à la demande sont les suivantes :

  • Près des deux tiers des personnes interrogées dans le monde (65%) déclarent regarder des programmes VOD sous une forme ou une autre, ce qui inclut des contenus longs et courts.
  • Plus de la moitié des personnes interrogées dans le monde (59 %) déclarent qu'elles ne voient pas d'inconvénient à recevoir de la publicité si elles peuvent regarder du contenu gratuit.
  • Plus des trois quarts des personnes interrogées dans le monde (77%) qui regardent des programmes de vidéo à la demande reconnaissent qu'elles le font parce qu'elles peuvent les regarder à l'heure qui leur convient.
  • Parmi ceux qui regardent des programmes de VOD, les Millennials et la Gen X sont les plus susceptibles de convenir qu'ils aiment rattraper plusieurs épisodes à la fois.

Pour plus de détails et d'informations, téléchargez le rapport Global Video-on-Demand de Nielsen. Si vous souhaitez obtenir des données plus détaillées au niveau des pays à partir de cette enquête, elles sont disponibles à la vente dans le Nielsen Store.

À propos de l'enquête mondiale de Nielsen

L'enquête mondiale sur la vidéo à la demande de Nielsen a été réalisée du 10 août au 4 septembre 2015 et a interrogé plus de 30 000 consommateurs en ligne dans 61 pays d'Asie-Pacifique, d'Europe, d'Amérique latine, du Moyen-Orient/Afrique et d'Amérique du Nord. L'échantillon comprend les internautes qui ont accepté de participer à cette enquête et comporte des quotas basés sur l'âge et le sexe pour chaque pays. Il est pondéré pour être représentatif des consommateurs d'Internet par pays. L'échantillon étant basé sur les personnes qui ont accepté de participer, aucune estimation de l'erreur d'échantillonnage théorique ne peut être calculée. Cependant, un échantillon probabiliste de taille équivalente aurait une marge d'erreur de ±0,6% au niveau mondial. Cette enquête de Nielsen est basée uniquement sur le comportement des répondants ayant un accès en ligne. Les taux de pénétration d'Internet varient selon les pays. Nielsen utilise une norme minimale de 60% de pénétration d'Internet ou une population en ligne de 10 millions de personnes pour l'inclusion dans l'enquête.