02_Eléments/Icônes/Flèche à gauche Retour à Insight
Aperçus > Médias

La publicité peut faire ou défaire un film

1 minute de lecture | Juin 2009

Slumdog Millionaire, qui a remporté l'Oscar du meilleur film en 2008, n'était pas une superproduction estivale. Aucun des autres nominés dans cette catégorie ne l'était non plus. Mais ils avaient tous quelques points en commun : ils ont été principalement annoncés au cours du second semestre, avec une concentration au quatrième trimestre, et ils sont tous sortis au cours des mois de novembre et décembre. Ainsi, alors que les superproductions de l'été attirent beaucoup d'attention, ce sont les films qui sortent - et qui ont tendance à faire de la publicité - au cours du dernier semestre de l'année qui sont récompensés par l'Academy of Motion Picture Arts & Sciences, selon une étude récente de Nielsen.

 

Un examen des lauréats du meilleur film au cours des cinq dernières années révèle qu'un seul film - Crash, qui a remporté le prix en 2005 - est sorti en dehors du quatrième trimestre (il est sorti début mai). Mais les films d'été ne sont pas en reste lorsqu'il s'agit de remporter des prix : le top 10 des films en 2008, basé sur les dépenses publicitaires de mai à août, comprenait quatre films ayant été nominés dans d'autres catégories. Wall-E, qui s'est classé troisième après avoir dépensé plus de 38 millions de dollars en publicité pendant cette période, a été nommé dans six catégories - et a engrangé 63,1 millions de dollars de recettes au box-office.

 

Pour en savoir plus sur la façon dont la publicité peut faire ou défaire un film, lisez le dernier numéro de Consumer Insight.

Tags associés :

Poursuivre la recherche d'informations similaires