Centre d'actualités > Diversité

Nielsen Gracenote célèbre le mois du patrimoine asiatique et pacifique avec un journaliste légendaire de Rolling Stone.

1 minute de lecture | Juillet 2018
 

Pour donner le coup d'envoi du mois du patrimoine asiatique et lancer officiellement le chapitre du Nord-Ouest de notre groupe de ressources des employés (ERG) Asian Affinity Link, Nielsen Gracenote a organisé une discussion au coin du feu avec Ben Fong-Torres, le tout premier rédacteur en chef de la musique de Rolling Stone.

Originaire de la Bay Area, Fong-Torres se souvient de ses premières rencontres avec la musique en travaillant dans le restaurant chinois de sa famille et explique comment une lettre adressée à la rédaction de Rolling Stone en tant que lecteur l'a conduit à un poste à temps plein au sein du plus prestigieux magazine musical de l'époque. Fong-Torres est largement connu pour sa couverture de la scène musicale naissante des années 1960 et 1970, avec des interviews marquantes de Paul McCartney, Elton John, Ray Charles et The Jackson 5, entre autres. Il a travaillé aux côtés d'autres légendes de Rolling Stone, comme Jann Wenner, Hunter S. Thompson et un tout jeune Cameron Crowe, qui a fait de Fong-Torres un personnage de son film à succès Almost Famous.

Au cours de sa visite, M. Fong-Torres a décrit ce que c'était que de grandir en tant qu'Américain d'origine asiatique dans la région de la baie, qualifiant San Francisco dans les années 1960 de "période où les portes étaient plus ouvertes que fermées". Il a donné de solides conseils aux Gracénotins qui cherchent à poursuivre leurs passions. "Au cours des 10 à 20 dernières années, il y a eu davantage d'opportunités pour les Asiatiques-Américains et les autres minorités ethniques", a-t-il déclaré. "Il y a encore des obstacles. Bien sûr, il y a encore du racisme, des préjugés, des plafonds. Mais dans l'ensemble, les possibilités sont plus nombreuses pour ceux qui ont de l'ambition et du talent. Si vous ne saisissez pas votre chance, vous n'avez aucune chance."

"Parfois, on est un peu inquiet", a-t-il ajouté. "Peut-être que je devrais me retenir. Et ce n'est pas encore le moment pour moi de le faire, ou d'essayer de le faire et de postuler pour cela. Moi je dis vas-y - qu'est-ce que tu peux perdre ?"