Skip to content
Aperçus > Médias

Les habitudes télévisuelles des Australiens

2 minutes de lecture | Décembre 2015
{“order”:3,”name”:”subheader”,”attributes”:{“backgroundcolor”:”000000″,”imageAligment”:”left”,”linkTarget”:”_self”,”pagePath”:”/content/corporate/au/en/insights”,”title”:”Insights”,”titlecolor”:”A8AABA”,”sling:resourceType”:”nielsenglobal/components/content/subpageheader”},”children”:null}

Près de neuf Australiens sur dix se branchent chaque semaine sur la télévision en direct pour regarder leurs émissions préférées. Plus récemment, le tout premier match de cricket de jour et de nuit a été suivi par 1,670 million de téléspectateurs métropolitains au cours du week-end.

Le dernier rapport australien sur le multi-écran pour le troisième trimestre 2015 - de Regional TAM, OzTAM et Nielsen - montre que les Australiens regardent en moyenne 90 heures et 42 minutes par mois sur des postes à domicile. Ce chiffre a diminué de 6 heures et 16 minutes par mois depuis l'année précédente, ce qui reflète la façon dont les Australiens répartissent leur visionnage de vidéos sur une gamme d'écrans.

Les nouvelles technologies offrent de nouvelles possibilités de visionner la télévision et d'autres contenus vidéo. Les consommateurs disposent désormais d'une multitude d'options pour regarder des vidéos et les résultats du troisième trimestre montrent l'impact de ce choix. Les Australiens passent de plus en plus de temps à regarder des vidéos sur Internet via des applications de vidéo à la demande, des sites Web de diffusion et des appareils mobiles.

L'élargissement du choix conduit les Australiens à répartir leur consommation entre les contenus et les plateformes. Si cela signifie qu'ils passent un peu moins de temps chaque mois à regarder la télévision "traditionnelle", l'audience de la télévision reste élevée : la plupart des Australiens, jeunes et moins jeunes, regardent la télévision linéaire chaque semaine.

Les jeunes Australiens, en particulier, utilisent de plus en plus les appareils connectés pour regarder n'importe quel contenu vidéo. Si la télévision à la maison reste l'écran principal pour la consommation de vidéos, les Australiens âgés de 18 à 24 ans sont ceux qui regardent le plus de vidéos sur Internet via un PC ou un ordinateur portable chaque mois, avec 15:15 heures de contenu. Les adolescents, quant à eux, sont les plus grands consommateurs de vidéos en déplacement et passent 14:08 heures par mois à regarder des vidéos sur leurs smartphones.

Ce phénomène ne manquera pas de s'amplifier avec l'augmentation du temps passé sur Internet et la prolifération des vidéos virales sur des plateformes telles que YouTube et Facebook.

Les Australiens passent également de plus en plus de temps à utiliser leur téléviseur pour des activités autres que la télévision, notamment la navigation sur Internet, le visionnage de services OTT fournis par Internet, la lecture au-delà de la fenêtre de consolidation de la diffusion de 7 jours, les jeux, le streaming de musique et le visionnage de DVD.

Le téléviseur reste au cœur de la consommation vidéo et cela ne changera pas de sitôt. Ce qui change rapidement, en revanche, c'est l'expansion du temps d'écran et des types d'écran, les Australiens étant de plus en plus habitués à regarder du contenu vidéo sur des appareils mobiles, à tout moment et en tout lieu. Il n'y a jamais eu autant besoin d'une vue complète de la consommation de médias des consommateurs qu'aujourd'hui.

Cliquez ici pour télécharger le rapport complet

À propos du rapport multi-écrans australienLe rapport multi-écrans australien, publié tous les trimestres, est la première et la seule recherche nationale sur les tendances en matière de visionnage de vidéos dans les foyers australiens à travers la télévision, les ordinateurs et les appareils mobiles. Il combine des données provenant des trois meilleures sources de recherche disponibles : les panels d'évaluation de la télévision OzTAM et Regional TAM et le panel national NetView de Nielsen, la base de données Consumer & Media View et le rapport Australian Connected Consumers.