Skip to content
Aperçus > Médias

Le contenu est roi, mais les habitudes de visionnage varient selon les groupes démographiques

2 minutes de lecture | Décembre 2014

Des smartphones aux tablettes et même aux consoles de jeux de dernière génération, la technologie d'aujourd'hui évolue rapidement. Selon le rapport d'audience totale de Nielsen du troisième trimestre - anciennement le rapport multiplateforme - cette fragmentation ne s'applique pas seulement à la technologie ; les habitudes d'écoute des consommateurs suivent le mouvement.

La récente prolifération de nouveaux appareils permet aux consommateurs de se connecter au contenu à tout moment et en tout lieu. Ce qui était autrefois un horaire pour regarder la programmation ne semble plus être qu'une suggestion, car les téléspectateurs peuvent choisir de regarder la programmation linéaire en direct, la vidéo à la demande ou par le biais de services d'abonnement et d'applications, entre autres moyens de se brancher.

"Le contenu est toujours roi, mais les consommateurs façonnent leur propre expérience de découverte de contenu, et l'évolution du paysage médiatique n'a pas diminué la demande des consommateurs pour un contenu de qualité, produit par des professionnels. Ce qui a changé, c'est le nombre et la fiabilité des nouveaux médias disponibles pour les téléspectateurs", a déclaré Dounia Turrill, vice-présidente senior, insights, Nielsen.

Tous les Américains ont passé un peu plus de 141 heures par mois à se connecter à la télévision traditionnelle au troisième trimestre 2014. Au cours de la même période, la population globale a également connu une augmentation de plus d'une heure du temps passé à regarder des contenus en différé et une augmentation de quatre heures à regarder des vidéos sur Internet.

Mais tous les consommateurs ne regardent pas de la même manière. Parmi les différentes races/ethnies présentées dans le rapport, la consommation de contenu varie considérablement.

Au troisième trimestre 2014, le temps mensuel passé par les téléspectateurs noirs devant la télévision traditionnelle était le plus élevé de tous les groupes, ces consommateurs enregistrant en moyenne plus de 201 heures par mois. D'autre part, les téléspectateurs hispaniques et asiatiques américains sont en dessous de l'indice en ce qui concerne le temps mensuel passé à regarder la télévision traditionnelle, avec environ 117 et 82 heures, respectivement.

Dans certains cas, l'adoption d'une plateforme ou d'un appareil par un groupe démographique peut avoir une incidence sur les habitudes d'écoute non traditionnelles de ce groupe.

Par exemple, alors que le temps mensuel passé par les Américains d'origine asiatique à regarder la télévision traditionnelle au troisième trimestre 2014 a baissé d'environ 6 % par rapport au troisième trimestre 2013 - soit près de cinq heures au total - le temps passé par ce groupe à regarder des vidéos sur Internet a connu une hausse de 17 % sur la même période. Ce n' est peut-être pas une coïncidence, mais la pénétration des tablettes chez les Américains d'origine asiatique a également augmenté de 17 % points de pourcentage au cours de cette période.

Globalement, le temps quotidien moyen que les Américains passent à regarder la télévision en direct a diminué de 12 minutes, passant de 4 heures et 44 minutes au troisième trimestre 2013 à 4 heures et 32 minutes au troisième trimestre 2014. À l'inverse, le temps quotidien passé par les consommateurs à utiliser un smartphone a augmenté de 23 minutes, passant de 1 heure et 10 minutes à 1 heure et 33 minutes par jour. Le contenu en différé (à l'aide d'un enregistreur numérique ou d'une technologie de vidéo à la demande) continue de trouver un écho auprès des consommateurs et, bien qu'il ne représente qu'une petite partie de l'utilisation globale des plateformes et des appareils, le temps quotidien passé à utiliser un appareil multimédia continue de grimper.

Remarque : les données utilisées dans ce rapport incluent les publics multiculturels. Les publics de consommateurs hispaniques comprennent des populations représentatives anglophones et hispanophones.