Skip to content
Aperçus > Marchés et finances

Les Australiens vont-ils joindre l'acte à la parole et changer de banque ?

3 minutes de lecture | Jo Brockhurst, responsable des services financiers chez Nielsen | Novembre 2019

Les Australiens ne sont pas encore tout à fait prêts à passer des comportements bancaires traditionnels à la nouvelle expérience mobile d'une néobanque. Bien qu'un Australien sur deux se dise ouvert à l'idée de changer son institution financière principale actuelle pour une néobanque, il reste encore beaucoup à faire pour changer la culture et les connaissances financières des Australiens. Les offres numériques des banques traditionnelles et des banques numériques sont au cœur de l'évolution positive dans ce domaine. Nous prévoyons que la notoriété des néobanques augmentera en conséquence, mais pour l'instant, elles doivent encore établir leur position sur le marché. Les néobanques doivent continuer à développer leur image de marque pour être prises en compte dans le portefeuille financier des consommateurs australiens. 

L'insatisfaction est l'un des plus grands défis auxquels sont confrontées les banques traditionnelles. Avec plus de 3,1 millions d'Australiens ayant exprimé leur insatisfaction à l'égard de leur principale institution financière au cours des 12 derniers mois, il est essentiel que les institutions financières s'attaquent à leurs clients désengagés et mécontents. Si l'on compare les attributs de marketing et de marque des services bancaires traditionnels avec les expériences réelles, il apparaît clairement qu'il existe un énorme fossé entre ce que le client attend et ce qui est fourni. Si ce problème n'est pas résolu assez rapidement, les banques numériques auront l'occasion de cibler ces clients potentiels. 

L'insatisfaction des consommateurs à l'égard des banques a augmenté de 3 % par rapport à l'année dernière, et elle est plus forte chez ceux qui font affaire avec les "quatre grands" (+6 %). Avec la couverture médiatique mitigée de la Commission royale bancaire, ainsi que l'ouverture des services bancaires et la concurrence sur les nouveaux marchés, il est désormais plus facile pour les consommateurs de trouver une autre institution capable de mieux répondre à leurs besoins bancaires. À l'heure actuelle, le nombre d'Australiens souhaitant changer d'institution financière principale au cours des six prochains mois s'élève à 12 % (2,5 millions d'Australiens), soit 9 % de plus qu'il y a un an (2,19 millions).

2,5 millions d'Australiens cherchent à changer d'institution financière principale dans les six prochains mois.

LA CONNAISSANCE ACTUELLE DES NÉOBANQUES

Bien que les néobanques soient peu nombreuses en Australie, elles sont de plus en plus connues. Parmi les consommateurs australiens qui ont entendu parler des néobanques, 46 % se souviennent d'un nom de marque, Xinja étant la marque la plus connue avec 19 % de notoriété par rapport aux autres marques lorsque les consommateurs ont été interrogés.

Cependant, si l'on considère la notoriété spontanée des néobanques, la première place est très serrée, Volt Bank (27 %), Xinja (26 %) et Q Pay (24 %) étant les trois premières marques évoquées par ce groupe. 

Les néobanques sont encore relativement nouvelles en Australie. Compte tenu des conditions fluctuantes du secteur des services financiers au cours des deux dernières années, le marché australien est mûr pour le succès des néobanques. Bien que tout cela ressemble à un nuage noir jeté sur la banque traditionnelle, nous devons encore voir combien de personnes vont réellement joindre l'acte à la parole et changer leur principale institution financière pour une néobanque.